10 Mois

Les Thumbennials : l'information sur le pouce

Rédacteurs, lâchez vos claviers ! Les articles écrits c’est fini !

Le format vidéo a gagné la guerre du contenu grâce à une nouvelle génération de lecteurs : les «Thumbennials ».

Ces adeptes de la lecture « avec le pouce » s’informent avec de nouveaux médias comme AJ+, Monkey, Brut et dernièrement Loopsider.

Alors, l’information écrite telle qu’on la connait, c’est de l’histoire ancienne ?

 

 

Des médias qui font de l’oeil aux 15-35 ans

Quel est le public de ces nouveaux médias ? Sans grande surprise, il s’agit des fameux millennials. Cette génération qui a grandi avec les nouvelles technologies et les réseaux sociaux a une toute autre façon de consommer l’information que ses ainés.

Cette information, ils ne vont pas la chercher au journal de 20h ou dans les pages du Monde : elle vient à eux et s’affiche d’elle-même sur leurs écrans (sur leur fil d’actualité facebook notamment).

Ces jeunes hommes et femmes qui « lisent avec leur pouce », Johan Hufnagel, Directeur de la rédaction de Loopsider, les appelle les «Thumbennials». Pour eux, le téléphone est le premier vecteur d’actualités : ils lisent des articles, regardent des vidéos, les partagent, reçoivent des notifications…

Mais pour capter l’attention de ce public sur-sollicité et donc facilement distrait, il a fallu adapter les formats informatifs: plus courts, plus distrayants, plus surprenants …

 

 

De la grand-messe du 20h à l’info vidéo minute

Les mots d’ordre de Brut, Monkey, Loopsider et tous les autres : 100% réseaux sociaux, 100% vidéos.

Pourquoi ? Question d’époque ! Les mots n’ont plus la cote. Nous vivons dans une société d’images : nous n’avons jamais autant photographié ni filmé. Même le texto de quelques caractères est souvent remplacé par un GIF ou une série d’émojis.

Il est aussi question d’instantanéité. Nous n’avons plus le temps (ou plutôt, nous prenons de moins en moins le temps) de lire un article de plus de 300 mots (vous devriez d’ailleurs arrêter de lire cette brève à peu près ici).

Par conséquent, pour fonctionner, les nouveaux médias conçoivent leurs contenus comme un « snack », une info à consommer sur le pouce et surtout une info qu’on ne retrouve pas forcément dans les médias traditionnels.

 

 

L’avènement de l’infotainment

La recette des contenus « à la Brut » ? Des vidéos courtes (entre 2 et 3 min) un montage cut et des sujets forts. Lancé en novembre 2016 par des anciens de CANAL +, le désormais célèbre Brut a posé les bases de ce qu’on peut appeler « l’infotainment » sur les réseaux sociaux. Et ça marche ! En une année, ce nouveau média a comptabilisé 1 milliard de vues avec pour objectif de passer à 1 milliard de vues par mois en 2018 !

De la tendance du blanchissement du pénis en Thaïlande à l’interview de Barack Obama en passant par une course poursuite entre des policiers et un kangourou : dans ces vidéos, on trouve de tout ! Il s’agit d’un savant mélange entre des contenus pop et distrayants mais aussi des sujets polémiques et politiques. Ici, l’objectif n’est pas de traiter le sujet dans son intégralité comme pourrait le faire un article de fond mais bien de donner les clés nécessaires pour comprendre l’actualité.

 

 

Et le rôle du journaliste dans tout ça ?

La première vocation de ces nouveaux médias reste d’informer. On retrouve d’ailleurs dans ces vidéos un véritable travail de journalisme dans la recherche des sujets et mais aussi un réel exercice de rédaction pour vulgariser l’actualité et la rendre accessible rapidement, particulièrement pour les sujets politiques.

Plutôt que de l’enterrer, ces nouveaux médias créent donc plutôt un nouveau lien entre les millennials et le journalisme.


Cathalyne Faissat

Nouvel algorithme Facebook : les amis et la famille d'abord ! Brève suivante