Linkedin fait de la résistance

31.12.2018 Écrit par Noé Melon

Est-ce la perte de vitesse de Facebook ? Le signe d’une adoption des réseaux sociaux arrivée à maturité ? Est-ce l’âge moyen de ses utilisateurs (44ans) ? Quoi qu’il en soit Linkedin est devenu le réseau social où ça se passe. On vous explique pourquoi.

Linkedin le réseau rescapé

Vous vous souvenez de MySpace, le réseau social qui a fait découvrir les joies du code CSS à des millions d’adolescents ? Et bien LinkedIn a été créé la même année (si,si.)

En 2003 (1an avant Facebook) deux ex-fondateurs de PayPal lancent Linkedin. Soit 15 ans de vie pour le premier réseau social professionnel du monde. En année digitale - 15 ans - c’est à peu près l’équivalent du jurassique pour un biologiste. Mais gardez-vous bien de tout commentaire condescendant, notre dinosaure est en pleine forme : avec 2 nouveaux membres par seconde et 3,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires, le réseau social au nom imprononçable (ça se prononce linkin) affiche une santé de fer dans un monde où les réseaux sont de plus en plus vastes et de moins en moins sociaux.

Qui l’aurait cru. Linkedin s’est trainé pendant des années une image de “réseau chiant.” Une CVthèque mondiale pour professionnel bilingue (au début LinkedIn n’était qu’en anglais) où la principale fonctionnalité consistait à construire un CV moche. Et puis tout a basculé.

LinkedIn le réseau du storytelling

Surfant sur la mode du User Generated Content (le fameux web 2.0), LinkedIn prend avec succès le virage du contenu en permettant à ses membres de publier posts, articles et autres billets d’humeurs. Disons les choses sans pudeur de gazelle, la ligne éditoriale est assez homogène. On y parle “productivité” - “entreprise libérée” - “lourdeur administrative.” De nombreux articles décryptent déjà ce vaste feuilleton numérique dédié au culte de la performance. Tantôt naïf, souvent drôle et flirtant parfois à la frontière du malaise. Morceaux choisis :

Si vous souhaitez poursuivre l’aventure, on vous conseille le très drôle : Qui a donné le feu vert pour transformer Linkedin en sanctuaire du malaise ? Ou le plus sérieux LinkedIn ou le storytelling « pour les nuls » (édition abonnés du Monde).

LinkedIn, le nouveau Facebook ?

Pour un trentenaire qui a fait son éducation aux réseaux en créant une page Facebook en 2007 (oui je parle de moi) naviguer entre les posts rageurs, les billets coup de gueule, et les longs monologues de ses ainés rappelle inévitablement la vacuité de ses propres contributions adolescentes. Il traine sur Linkedin le parfum nostalgique des premiers réseaux, où des utilisateurs sans filtre, ne maitrisant encore pas totalement l’outil, livrent leur analyse éclairée dans un désert d’interaction. Et il y a de quoi être perdu tant l’expérience Facebook déteint sur le fil d’actualité de son jumeau “Professionnel”. À se demander si LinkedIn ce n’est pas finalement partager ses photos de vacances en costume. Pour vous aider à méditer sur la question, on vous quitte avec Jean-Jacques.

94 j'aime