10 Mois

Les réseaux sociaux pour les -13 ans

Réseaux sociaux et CGU

Dans les conditions générales d’utilisation des réseaux sociaux (tels que Facebook), il est bien stipulé qu’il faut être âgé.e d’au moins 13 ans pour utiliser le service.

 

Pourtant, les pré-ados sont bien présents sur les médias sociaux, avec un taux de couverture estimé de 78,9% en France (source).

 

Des chiffres qui ne sont finalement pas bien surprenants, lorsque l’on sait que l’accès y est facilité pour la majorité d’entre eux. En effet, 48% des élèves de 6ème possèdent déjà un smartphone tandis qu’ils sont 78% en 5ème a un avoir un ! En moyenne, les 7-12 ans passent 5h40 sur leur appareil chaque semaine

 

Sur quelles plateformes se trouvent-ils ?

 

Youtube, le média privilégié

« Sur YouTube, je regarde mes YouTubeurs préférés et j’apprends des techniques de jeu »

La consommation de vidéos explose, notamment sur Youtube. La plateforme rassemble plus de 70% des 7/14 ans chaque mois (source) qui rattrapent peu à peu leurs aînés (96% des 14/19 ans s’y connectent tous les mois).

 

Ce qu’ils apprécient : les vidéos tutoriels, suivre des influenceurs adultes (Norman, Cyprien…) et enfants (Anthéa, SwanTheVoice…)

 

Snapchat, l’évident

« Snapchat, c’est vraiment pour parler avec mes amis »

Snapchat correspond au mode de consommation des jeunes pour qui les amis ont une place importante dans leur vie. Ainsi, ce ne sont pas moins de 76,7% des jeunes qui utilisent Snapchat.

 

Ce qu’il apprécient : l’instantané, les filtres, la simplicité, la confidentialité.

 

Instagram, l’inattendu

« Sur Instagram, je mets des photos que j’aime vraiment, celles que je trouve les plus belles »

Juste après Snapchat, le deuxième réseau le plus utilisé par les moins de 12 ans est Instagram. Ils sont 63% à y être inscrit en classe de 5ème. Sur ce réseau où il y a la plus grande accumulation d’amis, les jeunes se transforment en véritable Community managers et choisissent avec soin non seulement le contenu mais aussi l’heure à laquelle il sera publié. Rien n’est laissé au hasard.

 

Ce qu’ils apprécient : la conversation, la distraction, l’exhibition, l’instantané (stories).

 

Facebook, le délaissé

« On n’utilise plus Facebook car c’est un réseau social qui date et qui n’est plus au goût du jour »

La plupart des pré-ados sont nés en même temps que Facebook, un réseau que leurs parents utilisaient déjà. Il y a alors d’une part un besoin de se distinguer de leurs aînés et d’autre part une absence de passif sur les réseaux les plus anciens (vs Snapchat et Instagram qu’ils ont appris à utiliser dès leur lancement).

 

Des intérêts d’enfants toujours présents

Que l’on ne s’y méprenne pas, malgré leur digitalisation précoce, les enfants restent des enfants !

 

Attentifs aux nouveaux jeux et jouets en vogue dans les cours de récré, ils utilisent internet pour découvrir, s’informer, se perfectionner, se divertir.

 

Ainsi, lorsque les 64% des 7-12 ans possédant un handspinner en ont fait la tendance 2017 chez les enfants (source), c’est sans surprise que la toile fut inondée de tutoriels, de mode d’emploi, d’unboxing et autre reviews.

 

Mais plus que compléter leurs connaissances sur leurs passions, ils profitent aussi des réseaux sociaux pour se rapprocher des personnalités qu’ils apprécient particulièrement.

D’ailleurs, c’est en 2016 que des YouTubeurs apparaissent dans le classement des personnalités préférées des 7/14 ans - avec notamment Cyprien et Norman en tête de liste. (source)

 

De spectateurs à acteurs

De plus en plus d’enfants publient en leur nom des contenus qui semblent anodins.

D’une vidéo sur Snapchat au musical.ly en passant par la photo Instagram, certains d’entre eux deviennent même des influenceurs à part entière. D’ailleurs, 34,20% des 6-17 ans rêveraient de devenir à leur tour une star du web (source).

 

La réticence des aînés vis à vis de la présence d’enfants sur les RS

De nombreux parents ont peur de laisser leur progéniture vagabonder de réseau en réseau. Et pour cause, de nombreux risques sont présents et ont déjà fait de nombreuses victimes. En effet, la digitalisation des rapports sociaux amplifie les liens mais aussi les mauvais côtés…

 

En effet, en 2016, 40% des élèves avouent avoir subit une agression en ligne et 22% d’entre eux n’en parlent à personne. Ce qui amène 61% d’entre eux à avoir des idées suicidaires. 3 passent le pas chaque année, notamment à cause du cyber harcèlement.

 

Parallèlement, les mauvaises rencontres, la sécurité des informations personnelles, le renfermement social sont aussi de grandes zones d’ombres que craignent les parents.

 

Solutions imaginées par les sociétés

Alors face au succès des réseaux sociaux chez les jeunes et la crainte des parents vis à vis de cela, les médias décident de développer des services qui leurs sont exclusivement dédiés.

 

 

 

Messenger for Kids
Messenger for kids

Le 4 décembre 2017, Facebook lance aux Etats-Unis une version destinée aux enfants de sa messagerie instantanée Messenger. Conçue pour que les enfants puissent contacter famille et amis, l’application permet aux parents d’être totalement aux commandes de leur liste de contacts.

Dans cette version, pas de publicité ni d’achats intégrés, uniquement le plaisir des discussions vidéo et messages.

 

 

 

Habouki

              Habouki social media kids

 

En 2014, nous avons pu voir émerger le projet Habouki. Sur ce réseau social 100% dédié aux enfants, on retrouve un espace sécurisé et ludique proposant du contenu adapté pour les 5/16 ans. Ceux-ci pourront créer leur propre compte, appartenir à une communauté et accéder à des activités en ligne. En parallèle, les parents gardent un droit de regard quant à l’ajout d’amis.

 

 

Lifestage

 

Lifestage Facebook Kids

 

Face à une jeune audience volatile, Facebook a lancé en 2016 Lifestage, une application anti-Snapchat pour les ados. Calquée sur le réseau au fantôme jaune, où toute communication se fait en vidéo. Exclusivement destinée aux ados, il sera impossible aux plus de 21 ans de s’y connecter. Le concept rappelle l’usage universitaire initial de Facebook. En effet, dès que 20 utilisateurs d’un même collège/lycée sont inscrits, la connexion entre eux est rendue possible.

 

 

YouTube Kids

 

Youtube Kids

Depuis février 2015 aux Etats-Unis et novembre 2016 en France, YouTube Kids propose une version parallèle de la plateforme-mère. Accessible sur smartphone et tablette, on y retrouve des vidéos destinées aux enfants. En se basant sur l’historique de leurs recherches, de visionnage et le temps passé sur chaque vidéo, YouTube leur conseille des contenus adaptés et ressemblants à ce qu’ils aiment déjà.

 

Pour conclure, on pourrait penser qu’il ne sert à rien d’interdir l’accès à des services aussi générationnels que les réseaux sociaux. Plutôt que d’exclure ou de punir les enfants d’avoir su contourner les CGU, les médias sociaux ont évolué afin de s’adapter à la base des usages de tous les enfants : la recherche de fun et d’amusement.

 

L’utilisation des réseaux sociaux leur permet aussi notamment de construire/consolider des liens avec leurs amis, mais aussi de se façonner au gré des tendances - en espérant qu’ils sachent réellement faire la différence entre leur identité digitale et l’IRL.

Marylène Boulom

Les Thumbennials : l'information sur le pouce Brève suivante