Le Castor en quarantaine - première Édition.

24.03.2020 Écrit par Nina Jenny et Catalyne Faissat

Le petit journal de bord d’une conceptrice-rédactrice junior fraîchement arrivée chez Castor & Pollux. A peine embarquée, tout juste intégrée, déjà confinée ! 

Cette période déjà si particulière l’est encore un peu plus quand quelques jours seulement après mes premiers pas dans l’agence, c’est retour à la case « maison », télé-travail oblige… Alors qu’à cela ne tienne ! Je prends la plume pour faire de ce contexte inédit une occasion de cogiter : en fin de compte, en quoi ce confinement peut-il être inspirant ? 

 Jour #7 : tenir la route !

 Ça fait (déjà…?) une semaine qu’on « joue le jeu », ce jeu sérieux de solidarité et d’auto-discipline. 

Ces sept derniers jours, il a fallu se faire à l’idée, bien comprendre l’enjeu de ce confinement pour l’appliquer le mieux possible. Il a fallu s’organiser et trouver son équilibre dans ce nouveau quotidien à la maison. Maintenant que c’est chose faite, il est l’heure de faire un premier petit état des lieux de cette nouvelle routine. 

Le confinement, c’est…

Un tout petit peu crispant 

  • Entendre son petit-ami qui perd son sang-froid dans la pièce d’à côté sur sa présentation commerciale.
  • Se rendre compte du nombre de fois que son chat miaule pour rentrer et sortir, jour-après-jour, heure-après-heure. 
  • Préparer tout l’attirail pour faire ses courses, les faire dans les règles, rentrer chez soi pour se rendre compte qu’on a oublié le papier toilette (ah mais non c’est vrai, il n’y en a plus nulle part.)
  • Grignoter dès qu’on écrit un article, ou écrire un article dès qu’on grignote. Mais toujours grignoter. 
  • Ne plus avoir de limites entre la semaine et le week-end (quand on se rappelle quel jour on est, d’ailleurs).
  • Supporter sa voisine quand elle chante pour la millième fois «Je suis malade » sur son balcon. Et bien sur, dès qu’on est en appel client. 
  • Ne plus faire la différence entre la chambre de ses enfants et le salon, tellement on marche sur des legos (encore quelques jours avant qu’ils ne prennent le pouvoir).

Quand même pas si mal !

  • Faire toutes sortes d’expériences capillaires parce que de toute façon si ça rate, personne ne le verra. Au pire, ça fera rire vos collègues en visio-conférence. 
  • Manger, grignoter, et prendre le temps de savourer, parce qu’on  peut essayer toutes ces recettes mises de côté.
  • Jouer au Monopoly, et avec passion !
  • Tester tous les filtres ridiculement drôles sur ses amis (ou ses collaborateurs, ça marche aussi) en appel Visio. 
  • Apprendre le solfège, dévorer un livre, commencer le tricot ou se mettre au yoga : bref, se coucher chaque soir en quête d’inspiration pour le lendemain.
  • Prendre le temps de voir le printemps arriver par sa fenêtre.
  • Appeler plus régulièrement sa famille. 
  • Discuter (vraiment) avec ses voisins pendant le petit-déjeuner-balcon, et finalement les apprécier. Quelque part, ce sont eux les nouveaux compagnons de bureaux ! 
  • Prendre exemple sur la créativité débordante de ses enfants pour ne pas (voire jamais) s’ennuyer.

Alors oui, on a sûrement pas fait la moitié, et l’expression « passer par des hauts et des bas » prendra encore tout son sens ces prochains jours. L’occasion parfaite d’en apprendre sur soi et sur ceux qui nous entourent. Alors on respire, tout va parfaitement bien se passer. En tout cas, Castor & Pollux sera toujours la pour vous mettre quelque chose sous la dent ! 

Le bon plan de Catalyne

Tuez 15 minutes de votre journée avec 3 journaux de confinement.

« Jour 3 : Je suis restée chez moi, j’ai mangé des pâtes, télé-travaillé et fait l’inventaire de mon papier toilette ». Au premier abord, le journal de confinement ne semble pas être l’écrit le plus passionnant qui soit. Pourtant, il en fleurit partout sur internet (vous êtes d’ailleurs en train d’en lire un) et vous avez même peut-être commencé le vôtre. 

Parce qu’ils nous font réaliser, souvent avec humour, que nous sommes tous dans le même bateau, certains journaux de confinement valent vraiment le détour. 

En voici donc un modeste top 3.

#1 Make Home Great Again de Konbini 

Oui, on commence par un journal de confinement qui n’en est pas vraiment un. Il s’agit en fait  d’une personnalité par jour qui nous partage son confinement depuis chez elle. Camille Lellouche, Pio Marmaï, Joey Starr, Gérard Darmon ou Philippe Etchebest… des interviews de moins de 5 minutes à regarder sur le trajet du travail.. entre la chambre et le salon.

#2 Le journal de confinement vidéo de Pierre-Emmanuel Barré 

Comme son nom le laisse penser, le Journal de confinement de Pierre Emmanuel Barré est complètement barré. C’est un peu fou, c’est drôle et c’est exagéré mais si vous vous ennuyez dans vos 30m2 et que la folie du métro, des bars et des resto vous manque : ça compense bien.

#3 Confinement mode d’emploi de Jean-Marc Proust

Plus classique mais non moins intéressant, Jean-Marc Proust, chroniqueur pour slate.fr nous raconte son quotidien, qui ressemble un peu au nôtre, entre les courses, les attestations de sortie, le télétravail… Temps de lecture moyen : entre 3 et 5 minutes. Non, ça ne vous occupera pas une demie-journée, mais c’est déjà ça, et c'est à découvrir ici :)

3 j'aime