6 Mois

L’effervescence des formats audio : une nouvelle manière de consommer du contenu

Nous vous parlions dernièrement de la réapparition de l’interface vocale. Nous avions fait le constat d’un désir de déconnexion et d’une tendance à l’effacement des écrans. Cette déconnexion n’est bien-sûr que partielle, car même si nous souhaitons de nouveau être en phase avec notre environnement nous n’arrivons pas à être 100% déconnectés.

 

Ces nouveaux comportements sans écrans sont aussi portés par le retour de formats qui étaient tombés aux oubliettes à l’ère numérique : les formats audio. Podcasts, séries et livres audio concurrencent aujourd’hui la vidéo, que beaucoup considéraient comme le format ultime sur le digital.

 

Des formats qui répondent aux attentes des nouvelles générations


Les formats audio sont très plébiscités par les jeunes générations. Sur les 39% de Français qui écoutent des podcasts, 50% ont entre 18 et 24 ans. Ces générations Y et Z, qui ont grandi dans une époque digitalisée, sont adeptes du multitasking. Ils ont pris l’habitude de consommer des contenus à tout moment, en toute situation. Les formats audio représentent donc un grand bénéfice, puisqu’ils libèrent leurs mains et leurs yeux, leur permettant de cuisiner, de conduire, tout en profitant de leur émission préférée.

Outre le multitasking, l’audio permet aussi simplement de décompresser. 72% d’entre eux consomment ces formats pour se détendre. Plus petit, votre mère vous lisait mille et une histoires pour vous aider à vous endormir. Aujourd’hui, votre iPhone vous lit le tout dernier roman d’Agnès Martin-Lugand.

Autre atout de l’audio ? Sa gratuité. Depuis que l’information est disponible sur tous les outils numériques, les millennials ont pris l’habitude de consommer leurs contenus sans le payer et considèrent même cela comme un droit immuable. Grâce aux partenariats, aux publicités et aux sponsors, de nombreux podcasts et séries audio peuvent se permettre d’être gratuits.

D’ailleurs, les Français sont loin d’être précurseurs dans ce retour sur le devant de la scène des formats audio.

 

La France a rejoint une révolution déjà en marche

 

Pour comprendre l’effervescence des formats audio, revenons un peu en arrière. Les podcasts ont commencé à être diffusés et écoutés à la sortie des iPods en 2001. Lorsqu’en 2005, Steve Jobs a souhaité les rendre « mainstream », ils ont été proposés sur Itunes. À l’époque, ils étaient très utilisés par les radios, permettant au public de rattraper une émission manquée. Mais ils se sont vite retrouvés délaissés au profit de la vidéo.

 

Il faudra attendre 2014 et l’arrivée des podcasts natifs, c’est-à-dire conçus directement pour le numérique sans passer par l’antenne, pour que ce format refasse surface. 2014 marque en effet la sortie de Serial aux Etats-unis, un podcast de journalisme d’investigation.

 

La première saison portait sur le meurtre réel d’une étudiante américaine. Explication des faits à la manière d’un roman, interviews des différentes parties-prenantes de l’histoire (dont le principal accusé, aujourd’hui en prison à perpétuité), Serial a su captiver son audience à la manière d’une série télévisée. En un mois seulement, le podcast avait dépassé les 5 millions de téléchargements. Deux ans plus tard, ce chiffre avait atteint les 80 millionsSerial a lancé un véritable mouvement, et ce n’est qu’en 2017 que la France va se plonger elle aussi dans cet engouement. Mais nous avons encore du chemin à parcourir !

 

En effet, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, les podcasts natifs dominent le marché et représentent plus de la moitié du Top100 des podcasts d’iTunes. En France, ce sont encore les radios publiques et commerciales qui ont l’avantage, avec l’écoute en différé. Mais cela tend à changer grâce à l’émergence de nouveaux acteurs dans ce domaine, comme les magazines en ligne (Slate, Madmoizelle), les journaux papiers (Libération).

 

Pour ce qui est des autres formats, notre pays est également à la peine face aux Etats-Unis. Les livres audio en 2018 représentent seulement 5% du marché du livre et les séries audio commencent à peine à se démocratiser en France, avec notamment la série Calls diffusée par Canal+.

 

Malgré le retard de certains pays, dont la France, face au retour des formats audio, tous finissent tôt ou tard par les adopter. Cela suppose qu’en plus d’une réponse aux nouvelles attentes de consommation, ces formats apportent de nouvelles possibilités. Mais quelles sont-elles ? En quoi les contenus des podcasts sont-ils innovants en terme de contenu ?

 

Le podcast : la création d’un lien avec le contenu

 

Selon Lâm Hua, animateur et cofondateur du podcast Studio 404 (voir plus bas), ce qui plaît autant avec ce format, c’est qu’il reprend à 90% les codes de la radio classique mais qu’il intègre aussi les codes d’internet, en prônant la subjectivité et le partage d’expériences. Qu’il s’agisse d’interviews en format talk-show, du récit d’une histoire de vie, d’un documentaire narrativisé, la place du « je » est essentielle. Et c’est ce qui différencie les podcasts natifs des podcast de rattrapage, qui offrent beaucoup moins de liberté de parole.

 

L’auditeur a la sensation qu’il est en train de partager un moment d’intimité avec l’un de ses amis, qui lui raconte un épisode de sa vie qui l’a bouleversé, qui lui a ouvert les yeux, qui l’a fait grandir. Il est dans un rapport direct et personnel avec le contenu. D’ailleurs, 59% des français consomment des contenus audio en étant seuls.

 

Le narrateur des podcasts n’est pas forcément choisi pour son statut social, sa notoriété. Ce narrateur, ça peut être vous, votre mère, votre frère. L’important, c’est l’histoire. Ce qui peut expliquer pourquoi certains discours sont plus décousus que d’autres, moins travaillés.

 

Mais c’est aussi parce que les podcasts sont imparfaits qu’ils sont appréciés. Lâm Hua affirme qu’ils possèdent « une fraîcheur, un amateurisme qui a un impact considérable sur les gens ». Cet aspect « homemade » a même inspiré la création de l’application Anchor, qui permet à tout un chacun de créer son podcast. Cette application se veut la plus intuitive possible et ne nécessite pas l’utilisation de matériel (micro, table de mixage). Grâce à Anchor, vous pouvez enregistrer vos podcasts, ajouter les musiques de fond et les diffuser sur Itunes ou Soundcloud.

 

Alors, vous vous lancez ?

 

anchor-podcast

 

Notre sélection de podcasts natifs

 

Société

Un podcast à soi d’Arte Radio : un podcast qui traite de questions de société, comme le féminisme, la grossophobie, la question du genre. Le petit plus qu’on adore : Un contenu diversifié avec interviews, interventions d’experts, récits personnels.

 

Les couilles sur la table de Binge Audio : des sujets tabous sont évoqués dans ce podcast, comme la prostitution, la pornographie, le consentement sexuel, par le prisme de la masculinité et de la virilité. Le petit plus qu’on adore : le concept de masculinité encore trop peu évoqué aujourd’hui (écouter aussi The Boyz Club de Madmoizelle, qui traite de cette thématique).

 

 

Technologie

Studio 404 : 5 chroniqueurs parlent du web, des nouvelles technologies et de leur impact sur notre société. Prenez votre temps, les épisodes durent en moyenne 2 heures. Le petit plus qu’on adore : Un podcast sur fond de discussion entre amis.

 

Economie

Spla$h : Etienne Tabbagh vous plonge dans le débat public et les concepts économiques qu’il sous tend, en s’appuyant sur des interviews d’experts en économie et en politique. Le petit plus qu’on adore : la pédagogie de ce podcast, avec des concepts expliqués tout en simplicité.

 

Histoires de vie


Transfert
de Slate : entrez dans l’intimité de parfaits inconnus qui vous font part des histoires qui ont changé leur vie. Le petit plus qu’on adore : des récits atypiques, voire extraordinaires, qui vous captivent. Difficile de mettre sur pause.

 

Vieille Branche de Nouvelles Ecoutes : ce podcast met en lumière des personnalités de l’art, de la politique qui racontent leur vie, les changements qu’ils ont constaté au fil des années au sein de la société, la peur de mourir… Le petit plus qu’on adore : tous les invités ont plus de 75 ans et ils ont beaucoup de choses à nous apprendre !

 

Food

Casseroles de Binge Audio : Zazie Tavitian se rend chez des inconnus, des amis, sa famille, pour découvrir des recettes qui leur tiennent à coeur et cuisiner avec eux. Le petit plus qu’on adore : rien n’est coupé au montage, pour plus d’authenticité.

 

L’épicurieuse : Delphine Le Feuvre nous fait part des tendances culinaires du moment, tout en s’appuyant sur des interviews d’experts.

Le petit plus qu’on adore : des épisodes de 10 minutes, juste le temps de se démaquiller, de ranger ses affaires, de promener son chien.

 

N.B : Sur quoi écouter vos podcasts ? Sur Itunes ou l’application dédiée Podcasts sur Iphone. Pour Android, il existe un grand nombre d’applications, comme Podcast & Radio Addict ou Pocket Casts. La plupart des créateurs de Podcast les mettent également en ligne sur Soundcloud.

Claire Legoff

 

La fin des influenceurs est-elle bientôt proche ? Brève suivante