6 Mois

La fin des influenceurs est-elle bientôt proche ?

YouTube, Facebook, Snapchat, Instagram.. Ces dernières années, les influenceurs ont envahi toutes nos timelines et se sont multipliés à vitesse grand V.

Qu’ils soient des enfants, des adolescents ou des adultes, que leurs communautés dépassent le million ou qu’ils soient de micro-influenceurs : devenir célèbre sur le net n’a jamais été aussi accessible !

Et si tout ce système était amené à disparaitre au profit de l’intelligence artificielle ?

Récemment, de nouveaux influenceurs un peu différents ont émergé sur la toile. Leur particularité ? Ils ne sont pas humains. Appelés « gynoides » ou tout simplement avatars, ces influenceurs nés de l’intelligence artificielles à l’apparence humaine sont de plus en plus suivis et séduisent de plus en plus les annonceurs.

La plus célèbre d’entre elles s’appelle @lilmiquela et est apparue en 2016 sur la toile. Créée par la société de production d’AI américaine Brud, Lil Miquela a toute la panoplie de l’influenceuse parfaite. Dans sa vie virtuelle, Miquela se pavane, arborant les dernières pièces de luxe à la mode. Le weekend, elle part à Coachella en compagnie de Beyoncé et présente ses meilleurs amis sur Instagram. Mais ce n’est pas tout: Miquela est aussi entrepreneuse, puisqu’elle a sa propre marque de vêtements, et artiste car elle a également enregistré 3 singles disponibles sur Spotify. Enfin, elle n’est pas qu’une image, et se définit elle-même comme « une millenial engagée » en prenant parti pour le mouvement Black Lives Matter et en défendant la cause LGBTQ.

lilmiquela

Voyant l’engouement des internautes pour Miquela et sa communauté dépasser aisément le million, de grandes marques telles que Prada, Pat McGrath, ou encore Opening Ceremony ont déjà fait appel à elle pour leurs campagnes. L’opportunité pour les marques d’utiliser ces nouveaux acteurs digitaux comme influenceurs ? Garder un contrôle total de leur image là ou les autres peuvent se révéler imprévisibles.

Depuis, d’autres influenceurs virtuels ont aussi été plébiscités par les marques et gagnent petit à petit du terrain. Jusqu’ou iront ces avatars ? Seront-ils créés par les marques elles-mêmes ? Remplaceront-ils, à terme, les humains ? (Ok, on s’emporte), mais une chose est sûre: le futur sur les réseaux sociaux nous réserve bien des surprises.

Charline Pacard

La langue de Shakespeare est-elle en train de tuer celle de Molière ? Brève suivante